LA GÉOPOLITIQUE DE LA SANTÉ

 

                La géopolitique et la santé sont deux domaines qui sont étroitement liés et qui ont un impact significatif sur les sociétés et les populations à travers le monde.

La géopolitique peut affecter la santé de différentes manières. Prenons comme exemple, les tensions géopolitiques entre pays peuvent entraîner des restrictions sur les échanges commerciaux et la circulation des personnes, ce qui peut affecter l’accès aux médicaments, aux équipements médicaux et aux services de santé pour
certaines populations.
Les conflits armés peuvent également entraîner des perturbations dans l’approvisionnement en nourriture et en eau, ce qui peut conduire à des épidémies de maladies liées à la malnutrition et à des maladies d’origine hydrique.

Sans oublier que les différences géopolitiques dans les systèmes de santé et les politiques publiques peuvent avoir un impact sur la santé.

Par exemple, les pays qui ont des systèmes de santé plus avancés et des politiques publiques plus proactives peuvent être mieux équipés pour prévenir et contrôler les épidémies de maladies infectieuses et chroniques. En revanche, les pays qui ont des systèmes de santé moins développés et des politiques publiques moins proactives peuvent avoir des taux plus élevés de maladies évitables et de mortalité.

Enfin, la géopolitique peut aussi affecter la recherche médicale et la production de médicaments. Les tensions géopolitiques entre pays peuvent limiter la collaboration internationale dans la recherche médicale, ce qui peut retarder le développement de nouveaux traitements et de vaccins pour les maladies infectieuses et chroniques.

La pandémie de COVID-19 est un exemple récent de la manière dont la géopolitique et la santé sont étroitement liées. La pandémie a eu des répercussions majeures sur l’économie, la politique et la sécurité dans le monde entier, tout en ayant un impact considérable sur la santé et le bien-être des populations.

La réponse à la pandémie a également été influencée par des facteurs géopolitiques tels que les relations entre les pays, la compétition pour l’accès aux équipements médicaux et les différences dans les politiques de santé publique. Certains pays ont été plus efficaces que d’autres pour contrôler la propagation du virus en raison de leurs systèmes de santé plus solides, de leur capacité à tester et à tracer les contacts, et de leur adhésion aux politiques de distanciation sociale. En revanche, les pays avec des systèmes de santé moins avancés ont été plus vulnérables à la pandémie et ont eu plus de difficultés à contrôler sa propagation.

La pandémie de COVID-19 a par ailleurs mis en évidence l’importance de la collaboration internationale pour faire face à des défis de santé mondiaux. Des efforts ont été déployés pour des traitements efficaces, mais des différences géopolitiques ont entravé l’accès équitable à ces solutions médicales.

La Russie et la Chine ont tous deux été confrontés à la pandémie de COVID-19 et ont pris des mesures pour y faire face. Cependant, leur approche et leur gestion de la pandémie ont différé de celles d’autres pays.

En ce qui concerne la Russie, le pays a rapidement fermé ses frontières et a pris des mesures pour imposer des restrictions de voyage et de distanciation sociale. La Russie a également augmenté la production de matériel médical, y compris de ventilateurs, de masques et de vêtements de protection pour les travailleurs de la santé, ce qui n’a pas était le cas en Europe où un retard était vraiment palpable. Néanmoins, la Russie a par ailleurs été critiquée pour avoir minimisé l’ampleur de l’épidémie et pour avoir sous-estimé le nombre de cas de COVID-19. De plus, la campagne de vaccination en Russie a aussi été critiquée pour son manque de transparence et d’information disponible sur l’efficacité des vaccins russes, selon l’OMS.

En ce qui concerne la Chine, le pays a pris des mesures drastiques pour contrôler la propagation du virus, y compris la mise en quarantaine de villes entières et la fermeture de frontières. La Chine a de plus augmenté la production de matériel médical et a fourni une assistance médicale à d’autres pays touchés par la pandémie. Cependant, la Chine a également été critiquée pour son manque de transparence initiale et pour avoir tardé à signaler l’épidémie à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ce qui a conduit à une propagation plus rapide du virus à l’échelle mondiale.

En résumé, la Russie et la Chine ont pris des mesures pour faire face à la pandémie de COVID-19, mais leur approche et leur gestion ont été critiquées pour leur manque de transparence et de coopération internationale.

La santé peut-elle être une arme géopolitique ? 

Malheureusement, une guerre bactériologique est une possibilité qui ne peut être exclue complètement. Les armes biologiques et les agents pathogènes ont été utilisés dans le passé pour causer des maladies dévastatrices et il y a des préoccupations croissantes quant à la possibilité d’une attaque bactériologique délibérée à l’avenir.

Le développement d’armes biologiques peut être relativement facile et peu coûteux, et il peut être difficile de détecter ou d’attribuer leur utilisation à un acteur spécifique. De plus, les agents pathogènes peuvent être disséminés discrètement et leur propagation peut être difficile à contrôler. Par conséquent, une attaque bactériologique pourrait avoir des conséquences désastreuses pour la santé publique et la sécurité nationale.

Heureusement, la communauté internationale a pris des mesures pour prévenir et contrer les armes biologiques, notamment par le biais de la Convention sur les armes biologiques et à toxines de 1972, qui interdit le développement, la production et le stockage d’armes biologiques. Les pays ont également travaillé ensemble pour renforcer la surveillance des maladies infectieuses, améliorer la biosécurité et la bio sureté, et coopérer en matière de préparation aux épidémies.

Cependant, bien qu’une guerre bactériologique soit une possibilité, les efforts de la communauté internationale pour prévenir et contrer les armes biologiques sont encourageants. Néanmoins, la vigilance et la coopération internationale continue sont nécessaires pour minimiser les risques de telles attaques, qui pourrait survenir dans les années à venir.

Le manque des médicaments pourrait être une arme géopolitique.

Le manque de médicaments est un problème grave qui peut avoir des conséquences désastreuses pour la santé publique, mais il ne peut pas être considéré comme une arme en soi. Toutefois, le refus de fournir des médicaments ou la manipulation de leur distribution à des fins politiques ou militaires peut être considéré comme une arme.

Tous les types de médicaments peuvent être concernés par le manque de disponibilité, mais certains peuvent être particulièrement critiques pour la santé publique et la sécurité humaine. Voici quelques exemples de médicaments qui pourraient être concernés :

  • Les médicaments anti-infectieux, tels que les antibiotiques, les antiviraux et les antifongiques, qui sont essentiels pour traiter les infections bactériennes, virales et fongiques. La résistance aux antibiotiques est également un problème croissant qui peut rendre certains médicaments moins efficaces.
  • Les médicaments pour le traitement des maladies chroniques, tels que le diabète, l’hypertension artérielle, les maladies cardiovasculaires et les maladies mentales. Si ces médicaments ne sont pas disponibles, les patients peuvent être exposés à des complications graves et à un risque accru de décès.
  • Les médicaments pour le traitement de maladies rares, qui sont souvent coûteux et difficiles à trouver. Si ces médicaments ne sont pas disponibles, les patients atteints de maladies rares peuvent être laissés sans traitement et leur qualité de vie peut être gravement affectée.
  • Les médicaments pour le traitement de maladies infectieuses émergentes ou réémergentes, telles que les virus Ebola, Zika, les virus de la grippe pandémique. Lorsqu’une nouvelle maladie émerge, il peut y avoir un manque initial de traitements efficaces disponibles.

Dans les conflits armés, l’accès aux soins de santé, y compris aux médicaments, peut être limité en raison de l’insécurité, des infrastructures de santé endommagées ou de la difficulté d’acheminer les fournitures médicales dans les zones de conflit. Dans certains cas, les parties au conflit peuvent également empêcher délibérément l’accès aux soins de santé et aux médicaments pour affaiblir l’adversaire ou punir la population civile.

De plus, la politique de sanctions économiques peut par ailleurs affecter l’accès aux médicaments et aux fournitures médicales, en limitant l’importation de ces produits ou en rendant leur achat plus difficile et plus cher. Dans certains cas, les sanctions économiques peuvent avoir des effets humanitaires sévères, car elles limitent l’accès aux soins de santé et aux médicaments pour les populations les plus vulnérables.

Or, bien que le manque de médicaments ne puisse pas être considéré comme une arme en soi, leur refus ou leur manipulation à des fins politiques ou militaires peut avoir des conséquences désastreuses pour la santé publique et la sécurité humaine. Les parties au conflit et les décideurs politiques doivent veiller à ce que l’accès aux soins de santé et aux médicaments soit maintenu, même dans les situations de conflit ou de crise économique.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *